Début de mandat municipal : premier bilan

Un point positif pour commencer, la crise sanitaire a conduit le maire à décider de filmer les séances. Les habitants peuvent le suivre en direct ou en différé. Chacun peut juger par lui-même et se faire son propre avis sur la politique communale. Nous espérons que cette pratique perdurera.

Malheureusement, les points négatifs sont beaucoup plus nombreux.

  1. Seuls les élus de la minorité posent des questions.

Un phénomène que l’on observe depuis le début du mandat. Que ce soit en commission plénière où en conseil, les élus de la majorité n’ont aucune question, aucune demande de précisions ! De fait, chaque question est considérée comme une attaque, puisqu’elle vient de la minorité. Pourtant, n’est-il pas normal que l’on pose des questions ? Sur le futur service de police municipale par exemple. Quelles seront ses missions, y aura-t-il une coordination avec la gendarmerie ? Les policiers municipaux auront-ils accès aux images de la vidéo surveillance ?

Pour s’informer sur l’actualité de la commune, l’élu en est réduit à lire la presse et la page Facebook de la commune, est-ce bien normal ?

Les élus de la majorité seraient-ils mieux informés ?

  1. Toujours pas de réunion de commissions :

A Guilers il n’y a que 4 commissions municipales pour traiter tous les sujets qui font la vie de la commune. Depuis le début du mandat, elles ne se sont jamais réunies ! Pourquoi ? « il n’y a pas de sujets pour les commissions » est la réponse du maire et ses adjoints. Alors que certaines communes mettent en place des commissions extra-municipales (avec des représentants des habitants), Guilers n’aurait pas matière à réunir ces 4 commissions ? On doit donc se limiter à une commission plénière, répétition du conseil municipal où on ne peut aborder que les points prévus à l’ordre du jour du conseil, ODJ établi par le maire. Les adjoints, qui normalement sont les pilotes de ces commissions ne bronchent pas, visiblement satisfaits de cette situation.

  1. Un manque de respect des élus

Pour qu’un élu remplisse correctement sa mission, encore faut-il qu’il ait les documents pour préparer les séances. Ceci étant valable évidement pour l’ensemble des élus, majorité et opposition. Pourtant, très peu de documents sont fournis avant la commission plénière. Respecter les élus, c’est aussi leur signaler quand un document évolue entre la commission plénière et la réunion du conseil. Proposer au vote, comme le 17 décembre pour la piste d’athlétisme, un tableau qui ne correspond pas à celui reçu par les élus, qui ne correspond pas à celui proposé en commission, ne pose aucun problème au maire et à ses adjoints « c’est le même documents ». De la même façon, un ordre du jour avec un point mal rédigé qui porte à confusion, problème soulevé en commission, ne donne pas lieu à modification, « la délibération ne change pas ».

4.Un manque de transparence

Suite à une question, le maire a informé le conseil municipal qu’il avait reçu un courrier en février en provenance de la cour des comptes pour lui signifier que l’audit de la commune de Guilers était clos, qu’il n’y aurait pas de rapport, qu’il n’y avait aucune observation. Ce courrier, il ne l’a transmis ni aux anciens élus, ni aux nouveaux. Argument mis en avant : la crise sanitaire ! Le Covid n’a jamais empêché la transmission de courrier et en février on en parlait encore très peu !

Conclusion

Un début de mandat difficile pour la minorité mais sans doute aussi pour l’ensemble des nouveaux élus. Notre volonté de travailler pour l’intérêt de la commune et de ses habitants est intacte, mais agir est difficile quand le maire et ses adjoints s’abritent derrière les textes pour expliquer que c’est comme ça que ça fonctionne. Visiblement, on n’a pas la même définition du mot démocratie.

1+

1 réflexion sur « Début de mandat municipal : premier bilan »

Laisser un commentaire