Les finances de Guilers

Les chiffres issus des comptes de résultats 2019 des collectivités locales ont été rendus publics sur le site gouvernemental www.collectivites-locales.gouv.fr .

Nous avons repris différents chiffres et indicateurs pour mettre en perspective les situations financières des 7 communes de la métropole brestoise. Parmi elles, deux communes en particulier sont très endettées, Gouesnou et Guilers (78 et 77 €/an/hbt). Sont-elles donc dans une situation comparable ? Non.

Le recours aux emprunts est un mode de financement courant des collectivités mais impose une gestion saine et rigoureuse permettant de faire fonctionner la collectivité normalement tout en dégageant un résultat de fonctionnement suffisant pour, d’une part, rembourser les intérêts et le capital emprunté, et d’autre part, disposer d’un matelas rassurant pour autofinancer de nouveaux projets d’investissement ou d’équipement. Ceci est appelé autofinancement net ou CAF nette. C’est l’indicateur ultime de gestion.

Dans le tableau, la comparaison est sans appel : la CAF brute (résultat de fonctionnement – intérêts annuels) de Gouesnou est 845 000 €. La CAF nette est de 450 000€. Le capital remboursé est donc : 845 000€ – 450 000€ = 395 000€.

La commune dégage donc un autofinancement net de 450 000€, soit 72 € par habitant.

La CAF brute de Guilers est de 600 000 € (Guilers paye 87 000 € annuels d’intérêt, l’équivalent de 3 postes de catégorie B !). La CAF nette est de 75 000€. Le capital remboursé est donc : 600 000€ – 75 000€ = 525 000€.

Ce qui amène à un autofinancement net de 600 000 – 525 000 = 75 000€ soit seulement 9 € par habitant.

Ces chiffres sont des données officielles, on ne les invente pas ! La situation est donc grave pour ne pas dire dangereuse. Guilers n’a plus les moyens d’autofinancer ses investissements ou équipements futurs. La minorité précédente n’a eu cesse d’alerter sur les dangers de l’investissement « quoi qu’il en coûte ». Aujourd’hui, ce n’est plus une alerte, c’est une alarme, le poids de la dette est devenu intenable.

Nous tenions à apporter toute la transparence nécessaire sur ces éléments en amont du Débat d’Orientation Budgétaire préparant le prochain exercice afin que chacun, minorité comme majorité, et tous les guilériens, ait conscience de la situation.

Notre groupe a interpellé Monsieur le Maire sur la situation et sur la façon dont il comptait agir pour assainir les comptes :

– Va-t-il agir sur les dépenses d’investissement en réduisant drastiquement les nouveaux projets et donc les nouveaux emprunts ?

– Va-t-il tâcher d’améliorer la capacité d’autofinancement en augmentant les recettes de fonctionnement par une hausse des taux de la taxe foncière par exemple (+13,92 % lors du dernier mandat) ou par une baisse des dépenses de fonctionnement, ce qui n’a pas l’air d’être le cas vu la décision de création d’un service de police municipale.

Le Maire est resté silencieux…Peut-être a-t-il en tête une stratégie comme…vendre les terrains communaux à des promoteurs immobiliers ? Qui sait ?

1+

Laisser un commentaire