Archives de catégorie : Non classé

Suite à notre interpellation, voici les réponses (reçues à ce jour) des candidats aux élections législatives sur le devenir du bureau de poste à Guilers.

Melvyn HITA et Morgane PERNOT-GOARVOT, Les candidats du POID sur la 2ème circonscription du Finistère (Brest-ville) s’insurgent devant la décision de la Poste de fermer le bureau de Poste sur la commune de Guilers. Impensable de voir une commune de plus de 8.000 habitants sans bureau de poste de plein exercice. La direction de la Poste tente de fermer ses bureaux de postes partout en France, de privatiser ses services. Ceci est inacceptable. Le POID soutient la manifestation du mardi 5 avril à 15 heures à Guilers pour le maintien du bureau de Poste. Les candidats du POID se prononcent clairement pour le retour au monopole public de la Poste, pour sa renationalisation, l’arrêt des suppressions des bureaux de Poste (dont celui-ci) et la restauration du statut du personnel.

Pierre Yves CADALEN (NUPES)« Je tiens à affirmer mon soutien plein et entier au maintien d‘un bureau de poste à Guilers. L‘attachement de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale aux services publics de proximité est l’un des points centraux de notre programme. Avec 8 000 habitants, il est à la fois essentiel et sensé que La Poste soit pleinement maintenue à Guilers, ce qui signifie que le bureau de poste doit y perdurer. Nous soutiendrons les mobilisations allant en ce sens »

Jean CHARLES LARSONNEUR ( Député sortant)« Les services publics et les services offerts par La Poste en particulier sont essentiels pour la vie de nos communes et de nos quartiers.Je crois aux vertus de la concertation, de l’échange et de l’information du public. De très nombreux Guilériennes et Guilériens, lorsque je suis allé à leur rencontre au cours des derniers mois, m’ont alerté à ce sujet, et je les en remercie vivement. Je déplore que La Poste et le conseil municipal n’aient pas fait montre de plus de transparence vis-à-vis des habitants de la commune.La Poste n’a pu que constater, comme nous tous, l’effondrement d’une grande partie du service courrier, encore amplifié par le crise du COVID et le recours accru au numérique. Il apparaît toutefois impératif de maintenir un guichet pour les services essentiels de poste et de banque, en particulier en direction de nos aînés et des personnes vulnérables. Nous devons vivre avec notre temps et avec l’évolution des usages, mais je ne crois pas à une société du « tout numérique », qui laisse certains sur le bord du chemin et complique la vie du plus grand nombre, par exemple à travers des plateformes téléphoniques défaillantes. Le contact humain est fondamental.Dès lors, la décision d’ouvrir un guichet en mairie, lieu bien identifié de tous et central pour la vie citoyenne, me paraît nettement préférable à un relais en supérette, qui offrirait moins de services et serait moins accessible pour certains publics. Je serai vigilant quant à la bonne mise en œuvre de ce guichet en mairie, comme je le suis déjà s’agissant du reclassement en proximité des personnels de La Poste, qui savent pouvoir compter sur mon plein soutien.

Mikael CABON :Le maintien d’un service public de qualité est une priorité, et à juste titre, pour nos concitoyens, en particulier les plus âgés. Concernant le bureau de poste de Guilers, je suis fervent partisan de l’efficacité et de la continuité : l’important est de conserver ce service nécessaire à la population, sous quelque forme que ce soit, y compris sous la forme d’une agence postale communale. Ce n’est peut-être pas la réponse idéale mais c’est la moins mauvaise des solutions dans un contexte de diminution des volumes d’activité aux guichets postaux. Je salue par ailleurs le travail de l’équipe municipale pour trouver une solution à cette situation qui permet de maintenir un service postal de proximité et de qualité pour les habitants de Guilers .

Conseil : la minorité fait des propositions, aucun écho du côté majorité !

Le gros dossier de ce conseil : les subventions pour les associations

Depuis 10 ans, la majorité  ne propose aucune revalorisation des subventions. Si on applique simplement le montant de l’inflation depuis 2014, le forfait de 211€ passerait à 235€.

En continu depuis 2014, on observe donc une baisse relative des subventions aux associations.

Difficile, pour la minorité, de voter en faveur de la proposition de la majorité.

Si nous avons choisi l’abstention c’est parce que nous sommes POUR le versement des subventions et CONTRE une année supplémentaire sans augmentation.

Pour expliquer son choix, la majorité développe un argument étonnant. Les associations posséderaient des bas de laine importants, certaines feraient même des placements financiers. C’est face à ce constat que depuis 2014 il y a un gel des subventions.

Si la municipalité a connaissance d’associations qui ont des réserves financières disproportionnées, pourquoi continuer à leur octroyer des subventions ? D’autre part, mettre toutes les associations dans le même sac c’est un peu fort de café !

Si vous êtes adhérent d’une association, vous savez bien que cette baisse des subventions est compensée par une hausse des cotisations avec le risque d’exclure les plus modeste…

Autre volet du dossier subventions, les subventions exceptionnelles.

On demande aux élus de voter des montants sans connaissance des dossiers. Sont-ils justifiés, trop faibles ? Trop élevés ? Impossible de le savoir. Nous avons proposé qu’a minima une commission puisse étudier les dossiers et faire une proposition financière. Cette volonté de transparence ne semble pas être partagée puisque la proposition n’a pas été retenue. Là aussi nous avons choisi l’abstention face à un manque de transparence évident.

Pour finir, le dossier du dispositif argent de poche.

Guilers a enfin décidé de le mettre en place. Le principe consiste à permettre à des jeunes d’effectuer des missions pendant les vacances scolaires, celles-ci étant rémunérées à hauteur de 15€ par demi-journée.

Nous avons rappelé lors du conseil que de nombreuses communes l’ont déjà mis en œuvre depuis plusieurs années, que Gouesnou par exemple a produit un règlement intérieur très intéressant, que Plouzané demande une lettre de motivation du jeune. Pour le maire, il ne faut pas trop de règles et règlements. On va le mettre en place et après on verra !Le problème c’est que si le législateur prévoit de plus en plus de textes pour la mise en place de dispositifs, c’est pour éviter les abus et assurer l’égalité et la transparence.

Bâtir un règlement intérieur sur la base des retours d’expérience des autres communes au sein d’une commission extra-municipale (élus, habitants, acteurs concernés) semble une solution plutôt efficace. Proposition que nous avons formulée. Sera-t-elle mise en place par le bureau municipal ? L’avenir nous le dira.

En conclusion, les conseils municipaux se suivent et se ressemblent. La minorité ne reste pas dans une opposition stérile et fait des propositions. Malheureusement le bureau municipal ne prend pas la peine de les étudier, certain d’avoir une majorité pour leurs propositions.

Le débat , l’échange et la confrontation des idées n’a décidément pas sa place à Guilers et nous le déplorons.

Avenir de la poste à Guilers : la minorité informe !

Suite à l’annonce d’évolution de la présence de La Poste à Guilers avec la fermeture envisagée du bureau de poste et la création d’une Agence Postale Communale, la minorité a adressé le courrier suivant au président de la Commission départementale de présence postale territoriale, M. Corolleur, maire de la commune de Plourin.

Dans sa réponse, le président ne fait que reprendre les arguments habituels : évolution des modes de consommation et baisse de la fréquentation de 50 % en 10 ans. Il confirme aussi que plusieurs rencontres ont eu lieu entre les représentants de la commune et ceux de La Poste.

Revenons sur ces divers arguments :

1- Les modes de consommation ont évolué

Effectivement, personne ne peut nier les possibilités qu’offre Internet et l’impact notamment sur l’envoi de plis postaux. Cependant, l’évolution des modes de consommation a provoqué une forte augmentation de l’activité colis. De plus, il ne faut pas oublier celles et ceux qui ne maîtrisent pas la dématérialisation et celles et ceux qui ne la souhaitent pas pour effectuer leurs démarches.

D’un côté, par la multiplication de supports publicitaires, La Poste vante toute une quantité de services proposés, mais de l’autre, elle ferme les bureaux de Poste, lieu d’échange direct entre elle et ses clients, et diminue en conséquence la qualité du service proposé.

2- La baisse de fréquentation

Depuis 2012, il y aurait une baisse de fréquentation de 50 % sur Guilers, permettant à La Poste de justifier la réduction de son personnel (passant de 3 temps plein puis 2 et 0,95 aujourd’hui).

La baisse de fréquentation s’explique probablement par l’évolution des modes de consommation, cependant la demande existe toujours. De plus, à réduire année après année les plages d’ouverture et la corrélation entre ces plages et les heures de forte affluence, les décisions prises par La Poste accentuent la baisse de fréquentation. Pas un mot sur la crise Covid dont l’impact n’est plus à démontrer !

3- Les rencontres représentants de la commune – Poste

Depuis 2020, date des dernières élections municipales, aucune communication sur le sujet n’a été faite en conseil municipal ou en commission jusqu’à ce vote le 27 janvier 2022 d’une résolution sur le principe de création d’une Agence Postale Communale. Rien non plus dans les nouvelles de Guilers, le Guilers Mag ou la page Facebook de la mairie. Ce sujet ne concerne-t-il pas les habitants ? Tous les élus ne devrait-ils pas être impliqués, animés d’une volonté commune de préservation du service public ? Ce sujet ne concerne-t-il que le Maire et La Poste ?

4- Présence postale sur le département

Il y a 277 communes dans le Finistère. Il comprend 249 points de contacts Poste dont 112 agences communales, 101 bureaux de poste et 36 relais commerçant.

Selon les données de l’INSEE en 2017, Guilers compte 7981 habitants et se place en 18ème position du tableau démographique des villes du département.

Parmi les 20 communes les plus peuplées, seule Ergué-Gaberic ne possède plus de bureau de poste. Mais, celle-ci est dotée d’une Agence Postale Communale, d’un espace client pro, d’un relai poste et de 4 relais Pick Up. (A Guilers pour l’instant nous n’avons que 3 relais Pick up en plus du bureau de Poste)

Ces chiffres parlent d’eux-mêmes et mettent en évidence que la fermeture du bureau de Poste de Guilers ne s’impose pas. En revanche, relocaliser celuici dans des locaux plus adaptés à l’activité actuelle serait une piste à étudier.

Pour les élus « Citoyen·ne·s, ensemble pour Guilers » :

Gwenael Kerjean.

Avenir de La Poste à Guilers

Malgré l’horaire, 15h un mardi, les Guilériens ont répondu présents lors du rassemblement devant le bureau de poste. Beaucoup ne comprennent pas sa fermeture dans une commune de plus de 8000 habitants avec plus de 500 logements en construction.

Maintenir le bureau de poste à Guilers, ne pas céder à la pression des responsables de La Poste et maintenir ce service public de proximité, voilà leur attente.

Dans sa prise de parole, le responsable de la CGT a rappelé qu’une fermeture serait irréversible et que les services proposés par une Agence Postale Communale seraient bien en deçà de ceux proposés aujourd’hui. Il a aussi rappelé que la fermeture du bureau de poste ne peut se faire qu’avec l’aval du maire.

Les manifestants ont ensuite pris la direction de la mairie afin de lui remettre la pétition signée par 1500 habitants. Le maire a reçu une délégation de la CGT. A la sortie le constat est clair : le maire n’entend pas mettre son veto, il préfère anticiper plutôt que d’attendre deux ans et voir les intentions de la poste en 2024. L’agence postale communale serait pour lui la meilleure solution pour assurer ce service public, les agents municipaux sont polyvalents et peuvent à l’issue d’une formation accomplir cette tâche. Il n’entend pas céder à la pression.

C’est donc main dans la main que le maire et La Poste discutent des conditions de fermeture du bureau de poste, chacun y trouvant son intérêt. Mais l’intérêt général, l’intérêt des guilériens, est-il bien défendu ? Le doute est permis et une certitude se dégage : Guilers sera la première commune de la métropole avec une Agence Postale Communale en lieu et place d’un vrai bureau de poste.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

NB : pas une ligne sur le sujet dans le dernier GuilersMag, la majorité n’a rien à dire aux habitants ?

Donnez votre avis

La prochaine parution de La Dépêche, notre lettre d’information, sera consacrée au seul sujet de l’avenir du bureau de poste. Nous y exposerons notre position mais nous souhaitons surtout recueillir l’avis des guilériens.

Sur Guilers, la consultation citoyenne ne fait pas encore partie des habitudes. Cependant, ensemble nous avions construit un programme politique pour les municipales 2020, aujourd’hui, ensemble nous souhaitons réfléchir à l’avenir du bureau de poste.

Qu’en pensez-vous ? Quelles sont vos réflexions sur le sujet ? Avez-vous des propositions ou des suggestions ? Autant d’opinions qui permettront de construire le prochain numéro. Les pages de la dépêche sont ouvertes à vos commentaires, à vos réflexions. La parole vous est donnée !

Nous publierons vos messages en respectant l’anonymat : ladepecheguilerienne@gmail.com

Si vous souhaitez recevoir notre lettre numérique, précisez-le à la même adresse !

Le bureau de poste de Guilers: un avenir incertain.

Depuis le 3 janvier, date de la réorganisation du secteur de Brest Bellevue, la Poste a acté la réduction des horaires d’ouverture du bureau de poste de Guilers, avec une fermeture le jeudi. Puis, lors du Conseil municipal du 27 janvier, le conseil municipal a voté la création d’une agence postale communale par une délibération de principe.

Bien sûr, il n’y aura pas sur Guilers un bureau de poste et une agence postale communale. Quels sont alors les événements qui ont amené ce calendrier ? Est-ce que des négociations sont en cours ? Est-ce que le choix final sera éclairé par une consultation des usagers ?

Pour l’instant, les informations se font rares. On sait que la Poste cherche à fermer le maximum de bureau au nom de sa rentabilité financière. Et on s’interroge sur la prise de position de l’équipe municipale. Une chose est sûre, sans réaction des guilériens et de ses élus, la fermeture paraît certaine.

Face à cette situation la CGT de la Poste propose la signature d’une pétition en faveur du maintien du bureau de poste (disponible dans les commerces guilériens). Elle propose aussi un rassemblement le mardi 05 avril à 15h devant le bureau de poste.

Notre groupe d’élus soutient l’initiative. En effet, le maintien d’un service public de qualité nous paraît prioritaire. De plus, nous pensons que l’adaptation de ce service aux usages actuels ne sera pertinente que si les guilériens sont impliqués et informés.

Nous vous invitons donc à participer nombreuses et nombreux à ce rassemblement. Montrons notre attachement au service public de proximité. Affichons notre volonté de conserver notre bureau de poste.

Si vous ne pouvez y participer, n’hésitez pas à signer la pétition.

Le compte rendu du conseil municipal du 10 mars 2022…en bref

4 points principaux à retenir de ce conseil : l’action de solidarité mise en place pour venir en aide aux Ukrainiens, le dossier de la Poste avec la majorité qui attaque la minorité , le vote du budget et des taux de la fiscalité locale (là encore une attaque de la majorité !)

1- UKRAINE

En préambule du conseil le maire a informé le conseil des opérations mises en place par la ville de Guilers en solidarité avec le peuple Ukrainien. C’est le CCAS qui pilotera les opérations avec un recensement des logements disponibles pouvant accueillir des familles sur une longue durée (pas seulement quelques jours). Il ne proposera pas pour l’instant de vote d’une subvention exceptionnelle, par contre, les Guilériens qui souhaitent faire un don trouveront une urne à cet effet à la mairie.

2- La Poste

Bien que le sujet ne soit pas à l’ordre du jour du conseil, l’adjointe concernée par la délégation a pris la parole : attaque en règle contre la minorité qui ferait de la désinformation sur la fermeture du bureau de poste. Visiblement la majorité n’est pas très à l’aise sur le sujet. Le maire va négocier avec la Poste. La convention qui en découlera, régira le fonctionnement de la future agence postale communale. Quels seront ses exigences, lui seul le sait. La majorité essaye de faire croire aux Guilériens qu’une agence postale communale et un bureau de poste c’est du pareil au même, mais ils ne sont pas dupes.

3- Le budget

Pas de surprise, le poids de la dette laisse peu de marges de manœuvre. Le maire parle de budget prudent, pour nous il s’agit d’un budget contraint.

La situation actuelle va compliquer encore un peu plus les choses.

Depuis des années la minorité explique que les choix en matière d’investissements ont un coût trop élevé pour notre commune, la situation actuelle le montre.

Bien évidemment le maire n’est pas de cet avis et il affirme que les infrastructures présentes sur Guilers seront suffisantes pour les 10 à 15 années à venir !

Nous avons voté contre.

4-Impots

Encore une hausse cette année : + 1% avec toujours le même argument : les Guilériens ne payeront plus la taxe d’habitation, même avec la hausse des impôts locaux, ils seront gagnants !

Sauf que cette hausse servira avant tout à réduire la dette, pas d’augmentation des subventions, y compris pour le CCAS, et ce malgré la guerre en Ukraine. Nous avons voté contre.

Un vote qui a fait réagir l’adjointe. Pour elle il est contradictoire que la minorité vote contre à Guilers alors que son représentant a voté pour la hausse proposée à la métropole.

Comparer la situation de la métropole à celle de Guilers, il fallait oser !

Décidément, la majorité a du mal à assumer ses décisions. De telles attaques n’ont rien à faire dans une instance municipale, surtout quand elles viennent d’une adjointe. Ce que les Guilériens retiendront c’est que la part communale des impôts locaux va augmenter et que la majorité est à court d’arguments pour expliquer cette hausse.

La poste à Guilers

Voici le communiqué de presse envoyé au Télégramme au sujet de l’avenir du bureau de poste à Guilers. Malheureusement la rédaction n’a pas souhaité le publier.

Suite à l’article paru dans Télégramme le 12 Février 2022, beaucoup de guilériens, comme nous élus de la minorité « Citoyen·ne·s, ensemble pour Guilers », s’interrogent.D’un côté, le maire affirme vouloir tout faire « pour conserver le bureau de poste » et, dans le même temps, il fait voter au conseil municipal de 27 janvier 2022 une délibération « qui pose le principe de la création d’une agence postale communale et qui permettra de poursuivre la mise en œuvre du projet pour une ouverture à l’horizon du début d’année 2023 ». Effectivement, les guilériens ne comprennent pas bien le cheminement. Ils se demandent où en sont exactement les négociations et quels sont les réels objectifs visés, d’autant plus que la Poste a acté depuis le 3 janvier 2022 le maintien du bureau de poste de Guilers.Du point de vue de la minorité, Guilers doit tout faire pour conserver son bureau de poste et maintenir un service public de qualité. Et cela doit passer par une information claire et complète sur la situation ainsi que par une consultation citoyenne.Les élus de la minorité et les représentants syndicaux se sont rencontrés et envisagent des actions concertées.

N’hésitez pas à commenter et partager

Le conseil du 27 janvier…en bref

Quelles sont les informations principales à retenir à l’issue de ce conseil municipal ?

  1. Le projet de construction du vestiaire de Penfeld est abandonné en l’état. Il va falloir réduire le budget, pas de réalisation avant 2023-2024 au mieux.
  2. La mise en place du Pacte financier de solidarité entre Brest Métropôle et ses communes membres va se traduire par une augmentation de la fiscalité pour tous les habitants de la métropole. Espérons que les services suivront !
  3. Le rapport d’orientation budgétaire confirme nos craintes : le poids de la dette a obligé la municipalité à réduire au maximum ses dépenses de fonctionnement tout en augmentant les recettes fiscales issues des augmentations des taux ces 2 dernière années, le but étant de transférer un maximum de budget à l’investissement pour réduire la dette. Les opérations d’investissements sont réduites à l’essentiel, voire annulés (vestiaire de Penfeld ). Le maire qualifie le budget à venir de prudent, pour notre part on le qualifiera de contraint suite à la politique menée depuis plusieurs années avec des investissements disproportionnés (complexe d’athlétisme, boulodrome).
  4. Installation d’un cabinet d’orthophoniste. Une très bonne nouvelle pour Guilers. Dommage que la municipalité n’est pas été plus moteur dans ce dossier. Si on veut que des professionnels de santé viennent s’installer sur notre commune, il faut être capable de les aider dès le départ.
  5. Fermeture du bureau de poste. Un maire qui s’étonne que cette information soit arrivée aux oreilles des habitants alors que c’est lui-même qui a mis le point à l’ordre du jour du conseil ! En effet, la création d’une agence postale communale équivaut à la fermeture du bureau de poste actuel. Un maire qui dit ne rien savoir des futurs services proposés, des conditions financières, de l’implantation future de l’agence alors que l’adjoint aux finances dit qu’elle sera près de la médiathèque ! Personne n’est dupe, maintenant que le conseil a validé le principe de création de cette agence (22 voix pour, celles de la majorité) les discussions vont s’accélérées avec la Poste. Dans quelques mois, le projet de convention sera soumis au conseil pour approbation sans qu’aucune concertation n’ait eu lieu. L’avis des Guilériens compte visiblement peu. Pour rappel, sur Brest Métropole, seule la commune de Bohars n’a plus de bureau de poste.

En conclusion on peut dire que ce conseil reflète la vie municipale depuis des années : un maire qui décide sans concertation, qui ne répond pas aux questions préférant se lancer dans des disgressions sans fin et souvent sans rapport avec la question. Un maire qui se réjouit de sa politique d’urbanisation avec plus de 500 logements dans les 2 années à venir, de l’attractivité de sa commune. Dans le même temps il néglige la nécessité de faire évoluer les services et les structures en conséquence et accepte avec fatalité la fermeture de son bureau de poste (les temps change, c’est comme ça !)

Conseil du 27 janvier: nos interventions

Voici les interventions de la minorité lors du conseil du 27 janvier. Nos questions et propositions sont restées sans réponse….

N’hésitez pas à commenter.

Intervention liminaire

Monsieur le maire, mesdames et messieurs les élus, l’équipe de la minorité, représentant la liste « Citoyen·ne·s, ensemble pour Guilers », vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2022 ainsi qu’aux guilériennes et guilériens.Le ROB et le DOB ! Les deux acronymes du début d’année qui annoncent le vote du budget. 1992, la loi rend obligatoire la tenue d’un débat d’orientation budgétaire dans les communes de plus de 3500 habitants, le fameux DOB. La loi NOTRe, adoptée en 2015, précise que ce débat doit s’appuyer sur un rapport d’orientation budgétaire, le non moins fameux ROB. Depuis, le ROB et le DOB animent les conseils municipaux. On se souvient d’ailleurs de celui de l’an passé : des questions nombreuses, de vifs échanges et c’est tant mieux pour la démocratie.Nous espérons pour le débat d’aujourd’hui des échanges fructueux dans un état d’esprit apaisé.Si le CGCT dans son article L2312-1 précise que le maire rapporte les orientations budgétaires, les engagements pluriannuels envisagés ainsi que la structure et la gestion de la dette, dans sa bienveillance le législateur votait pour que l’assemblée des élus soit la mieux informée possible.En conséquence, nous tenons à féliciter les services pour la qualité du rapport que nous a présenté M. Leroy. Le contexte, la rétrospective et la prospective financières y sont exposés de manière claire.Enfin, le ROB est aussi un outil de communication à destination des citoyens. Je vous rappelle que nous échangions récemment en conseil municipal sur ces outils, nous contestions alors la pertinence de l’installation de panneaux à affichage lumineux. Vous nous demandiez même conseil, M. le maire ! Eh bien, voici une idée ! Que soit produit un document à caractère pédagogique synthétisant le ROB, faîtes en un réel support de communication, diffusez-le. On pourrait aussi imaginer une réunion publique annuelle présentant le débat. La communication entre la municipalité et les administrés en serait ainsi améliorée. Les choix faits, les orientations prises seraient mieux compris et gagneraient en transparence. Evidemment, ce n’est qu’une idée !Nous désirons en tout cas que les guilériennes et les guilériens soient mieux informés des tenants et des aboutissants de ce que nous nous apprêtons à débattre. En conclusion, je dirais que le ROB et le DOB sont bien plus que des passages obligés, ils sont aussi et surtout le reflet du niveau de démocratisation de la vie publique d’un territoire. Un véritable enjeu donc de sincérité, de transparence et de respect de la parole de chacun.

1-Information

Si vous le permettez, nous souhaiterions quelques précisions concernant le premier point sur l’abandon des travaux des vestiaires de Penfeld, il est noté : « Si ce projet devait être relancé dans les prochains mois, un nouvel avis d’appel public à la concurrence serait publié… »Ce projet est-il abandonné définitivement ou provisoirement ? Dans cette seconde hypothèse, à quel terme et sous quelles conditions peut-on envisager une reprise ? Ou peut-être réfléchissez-vous davantage au projet dans sa globalité ? Par exemple, la salle de sport nécessite-t-elle également une remise en état ? À quel coût ? Pour quel usage ? Avez-vous tout simplement d’autres pistes de réflexion à ce sujet ?

3-DOB

Monsieur le Maire, monsieur l’adjoint aux finances, mesdames et messieurs les conseillers,Tout d’abord, nous remercions les services et M. Leroy en particulier pour la qualité du ROB qui fait clairement le bilan sur la situation financière et qui laisse transparaitre la stratégie de la commune sur les 3 ans à venir.Je débuterai par un constat : 2020 aura atteint les sommets en termes d’endettement, l’annuité de la dette par habitant s’élève à 92€, la plus élevée de la métropole, en progression de 20% par rapport à 2019. Quant à l’autofinancement net il n’est que de 26 euros par habitant, le plus faible de BM.Pour 2021, je commencerai par relire un extrait de nos propos tenus lors de la séance du Budget primitif : « Si les investissements sont nécessaires au développement de la commune, ceux-ci doivent être réalisés à hauteur des moyens disponibles. Aujourd’hui, le recours à l’emprunt ne parait plus opportun. Les seuls leviers mobilisables par la commune sont alors la hausse des impôts et la maitrise/réduction des dépenses de fonctionnement. »Les chiffres de 2021 confirment notre analyse : des recettes fiscales en hausse de 12,5 % et une maitrise des dépenses de fonctionnement afin de basculer le maximum pour la réduction de la dette. Les investissements sont freinés, l’emprunt de 300 000 € envisagé au BP 2021 a été annulé.Passons maintenant à la période 2022 – 2024 : l’objectif affiché est la maitrise des dépenses et l’optimisation des recettes de fonctionnement. Côté investissements, le plan pluriannuel dresse quelques opérations en 2022, dont le solde des vestiaires de l’athlétisme, mais il ne donne pas de visibilité sur l’utilisation du reliquat de 1 147 000 € sur la période. Mais nous comprenons que l’annuité de la dette, située autour de 650 000 € entre 2022 et 2024, continuera de peser sur les finances et les marges de manœuvre. Au-delà des chiffres voici notre analyse : De 2022 à 2024, les guilériens, de plus en plus nombreux en raison des projets immobiliers, auront besoin de services et de structures adaptées en nombre et en qualité, ce n’est donc pas de notre point de vue une bonne option que de mettre sous pression à ce point le fonctionnement. Visiblement le poids de la dette ne laisse pas d’autre choix.Qu’on ne se méprenne pas, je ne critique aucunement le personnel qui est investi et fait ce qu’il peut avec les moyens alloués dans le contexte difficile que nous connaissons.En conclusion, même si l’on consent qu’un effort est fait pour commencer à assainir l’endettement, la situation nous parait toujours aussi tendue. Découlant d’imprudences liées aux investissements passés, ce contexte limite les marges de manœuvre dans les deux sections. Cela génère un ROB sans ambition tant pour les services rendus que pour les investissements limités à l’entretien de l’existant, hormis ceux liés à la rénovation énergétique qui bénéficient de l’effet de levier du Plan de relance.

6-Convention d’occupation

« Nous connaissons à ce jour les difficultés et les délais rencontrés pour les demandes de RDV chez plusieurs spécialistes dont les orthophonistes, y compris lorsque la demande relève d’une nécessité de bilan orthophonique préconisé par l’école pour un enfant en difficulté d’apprentissage. Le sujet est d’ailleurs traité dans la presse ce jour où il est fait état des 15 communes bretonnes ayant perdu le plus d’orthophonistes ces dernières années, GUILERS étant la seule commune à ne plus avoir de spécialistes après en avoir comptés 3 jusqu’en 2015.Si nous nous réjouissons de la perspective de l’installation d’un cabinet d’orthophonistes, nous sommes surpris par la condition qu’émet la commune, à savoir je cite : « La Commune conditionne la création de ce cabinet à la création de 8 places de stationnement supplémentaires, dans la continuité du parking existant de l’Agora. »La création de ces places est-elle nécessaire ? Peut-on envisager une expérimentation dans le double objectif de faciliter l’implantation du cabinet et de limiter l’artificialisation d’une partie du jardin de l’Agora ?

7-Agence postale communale

C’est avec surprise que nous avons découvert la semaine dernière en commission plénière le projet de transformation du bureau de poste en agence postale communale. Ce projet soumis aujourd’hui à délibération prend appui sur le cinquième contrat de présence postale territoriale signé entre l’Etat, l’Association des Maires de France et la Poste dont l’objectif est, je cite, « d’adapter le service postal de proximité aux attentes diversifiées et nouvelles de nos concitoyens, tout en l’accompagnant d’une évolution du réseau des points de contact. »Ce contrat précise que la transformation d’un bureau de poste en agence postale communale se fait à l’issue d’une consultation renforcée sur la base d’un dossier préalable de synthèse partagé entre la Poste et le maire de la commune, présentant l’offre globale de services postaux dans la commune. Ce dossier devant être complété d’un courrier de formalisation des évolutions envisagées.Suite à la commission de jeudi dernier, les réactions ont été nombreuses. Ce sujet émeut les guilériennes et les guilériens. Ils ne comprennent pas qu’avec 517 logements en construction et une population de plus de 8000 habitants, le bureau de poste ferme. Et nous non plus d’ailleurs ! Par exemple, si les locaux actuels sont trop grands, les nombreuses surfaces commerciales à venir pourraient accueillir un vrai bureau de poste en plein centre bourg.Le conseil municipal doit se prononcer sur le principe de création de cette agence postale communale sans aucune information écrite. Seules une promesse de maintien d’une partie des services et la perspective d’une présentation future permettent de délibérer. Comment pourrions-nous alors acter une telle décision sans connaître l’impact sur le quotidien des usagers, sans connaître les services futurs qui seront proposés ?Nous voterons contre le principe de création de cette agence postale communale parce que nous déplorons le manque de transparence vis-à-vis des guilériennes et des guilériens, parce que nous n’avons pas d’éléments pour statuer sur sa pertinence et parce que nous voulons maintenir un vrai bureau de poste à Guilers. Et je tiens à préciser que seul un refus de notre assemblée pourrait amener une révision de ce projet.